Nathalie Pubellier
Compagnie l'Estampe

Le cerveau, simulateur mental du mouvement, comme outil de composition

En dirigeant ma recherche chorégraphique principalement dans le domaine de l'exploration des perceptions sensorielles, j'ai pu me rendre compte du rôle essentiel joué par le cerveau dans cette approche.
Disponibilité corporelle
En percevant le mouvement comme une combinaison de sensations, un dialogue continu entre l'action et la perception, le danseur peut construire une mémorisation des sensations qui devient alors un outil qui entre en jeu dans la construction chorégraphique. C'est l'action qu'on a l'intention de faire qui guide la perception, le cerveau agit comme un simulateur d'action, la représentation interne des trajectoires désirées guide nos mouvements et, à partir de cette représentation, le cerveau a la capacité de choisir les sens qui vont lui permettre le mouvement. De plus, le cerveau, en même temps qu'il fait une simulation mentale de ces mouvements, prédit l'état dans lequel les capteurs sensoriels devront être à un moment donné, il devient alors un outil de prédiction du futur. Pour cela, il se base sur la mémoire des actions passées et de leurs conséquences. Le cerveau est un simulateur d'action et la perception est à son service. Cet aller-retour perpétuel entre l'action et la perception permet d'amener la notion fondamentale de l'anticipation. L'anticipation va pouvoir permettre aux danseurs de faire un choix sur les trajectoires internes empruntées dans le mouvement. Ce choix débouchera sur des perceptions propres à chacun. La manière dont nous mettons en ouvre nos sens est la base de notre personnalité. Développer un travail sur l'écoute des sensations demande au danseur de trouver une disponibilité corporelle qui facilite une coordination complexe, il s'agit d'être dans la conscience du mouvement.
L'utilisation d'une trame mémorielle dans la construction chorégraphique va nous apporter une contrainte indispensable pour trouver une liberté dans le mouvement. C'est précisément parce qu'on utilise une contrainte dans la production du mouvement que la liberté est possible.

Retour vers "La démarche"