Nathalie Pubellier
Compagnie l'Estampe

Henri (50 minutes) Création 2012

Chorégraphie
Nathalie Pubellier
Interprètes
Jean Gaudin
Izidor Leitinger
Lumière
Patrick Debarbat
Le propos

Dans une ambiance qui oscille entre un studio de répétition et un ring de boxe, HENRI est construit à la manière d'un puzzle, où le corps passe par différentes matières, différents états. Tout à tour chêne et roseau, sensuel et guerrier, le corps de Jean Gaudin devient un tourbillon qui fait le vide autour de lui. Au fil de la pièce, utilisant la répétition comme principe poétique, les images, reflets de la mémoire, de ses reconstructions, de ses failles, se superposent à la manière d'un kaléidoscope.

Paru dans "Les saisons de la Danse, octobre 2011
Au départ, il y a un solo de la chorégraphe, Madeleine (2004), portrait d'une femme un peu perdue qui court, littéralement, après des souvenirs qui la submergent. La chorégraphe a choisi de reprendre sa pièce, mais l'a transmise à un homme. C'est Jean Gaudin qui se glisse dans ce monde d'impressions et de réminiscences, qui tressaute, court et se perd. Mais tout en respectant à la lettre la chorégraphie, le danseur laisse transpirer son univers, et celui de Gaudin n'est pas mince. Ainsi retrouve-t-on derrière Madeleine devenu Henri, les figures de l'Ascète ou de Rico, silhouettes ancrées dans l'imaginaire de Jean Gaudin, chorégraphe ici danseur. C'est ce que l'on appelle l'interprétation.
Philippe Verrièle/Paris/Micadanses

Partenaires
AAF |Culturelles Production |Micadanse