Nathalie Pubellier
Compagnie l'Estampe

Manege (60 minutes) Création 2010

Chorégraphie
Nathalie Pubellier
Interprètes
Nathalie Pubellier
Patrice Valéro
Compositeur
Izidor Leitinger
Recherche des textes
Pascal Hughes
Création Lumière
Patrick Debarbat
Costumes
Bruno Jouvet
Le propos

«Entre deux individus, l'harmonie n'est jamais donnée, elle doit indéfiniment se conquérir.» Simone de Beauvoir

«En amour, tout est vrai, tout est faux ; et c'est la seule chose sur laquelle on ne puisse pas dire une absurdité.» Chamfort

Le manège est celui du couple et de l'amour.
A partir de six "figures" relevées parmi d'autres par Roland Barthes* pour décrire le discours de l'être amoureux, le manège livre des fragments d'intimité d'un couple. Ces figures, points de départ des conflits, séductions, protections et autres provocations qui s'enchaînent dans un corps à corps souvent charnel et sensuel, ont pour nom : "Altération", "Loquèle", "S'âbimer", "Vouloir-saisir", "Errance" et "Ravissement".
Au centre du plateau noir et vide transformé en piste circulaire, un musicien distille ses sonorités et enivre l'espace dans une ronde émotionnelle au sein de laquelle les deux interprètes, solitaires mais solidaires, se passent le relai et interagissent dans un tourbillon sans fin. .
Au travers de ce duo qui s'apprivoise sur scène, duo dans lequel le musicien s'immisce parfois comme un tiers, le thème du couple se ramifie en de multiples questions, dans une exploration ensorcelante des sentiments qui traversent chaque être possédé par le sentiment amoureux.

*Dans ses Fragments du discours amoureux, éditions du Seuil, 1977.

«S'ABÎMER. Bouffée d'anéantissement qui vient au sujet amoureux, par désespoir ou par comblement.»

«RAVISSEMENT. Episode réputé initial (mais il peut être reconstruit après coup) au cours duquel le sujet amoureux se trouve "ravi" (capturé et enchanté) par l'image de l'objet aimé (nom populaire : coup de foudre ; nom savant : énamoration).»

« LOQUELE. Ce mot, emprunté à Ignace de Loyola, désigne le flux de paroles à travers lequel le sujet argumente inlassablement dans sa tête les effets d'une blessure ou les conséquences d'une conduite : forme emphatique du "discourir" amoureux.»

« ALTERATION. Production brève, dans le champ amoureux, d'une contre-image de l'objet aimé. Au gré d'incidents infimes ou de traits ténus, le sujet voit la bonne Image soudainement s'altérer et se renverser.»

« ERRANCE. Bien que tout amour soit vécu comme unique et que le sujet repousse l'idée de le répéter plus tard ailleurs, il surprend parfois en lui une sorte de diffusion du désir amoureux ; il comprend alors qu'il est voué à errer jusqu'à la mort, d'amour en amour.»

« Et la nuit éclairait la nuit

Partenaires
Conseil Régional de l'Essonne | Communauté de communes Lubéron Durance Verdon | A L'Affiche | Théâtre du Lierre (Paris) | AAF |Neptune Consulting